Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

3 jours à l'université de BBA, Algérie

30 Décembre 2012 , Rédigé par ZR

Nov, 2012. Je pars pour un séjour d'un mois en Algérie, dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj, 200km à l'est d'Alger. J'en profite pour me rendre à la fac et prévoit d'y rester quatre jours, curieuse à l'idée de découvrir la vie étudiante algérienne.

Pour avoir un aperçu de la version officielle, voici le lien du site internet de la fac:

http://www.univ-bba.dz/

La réalité est bien différente. Première observation: les amphithéâtres sont sales et bondés.

Passons, car le pire est à venir. Je découvre la cité universitaire réservée aux filles.

Les étudiantes doivent partager des chambres de 10 m² à quatre. Sachant qu'il n'y a que deux lits par chambre, les deux dernières arrivées doivent dormir à même le sol sur des matelas, pour la plupart très sales. Cette situation entraîne souvent des disputes et des conditions loin d'être idéales pour étudier (un seul bureau par chambre).

Les résidences, qui datent de moins de trois ans, sont mal entretenues, les toilettes dans un état d'insalubrité total, bouchées ou inondées à cause de l'eau qui coule. Il n'y a qu'un voir deux tours de ménage par semaine et les douches communes ne sont pas accessibles librement.

Les filles m'expliquent que le nombre d'étudiante augmente d'année en année et le prix pour avoir une place dans une chambre est dérisoire (de l'ordre de 360 DZD par an soit environ 3,5€!) entrainant un manque de moyen, sachant que c'est une université publique.

Mais, on me fait également remarquer qu'il y a de nombreuses chambres inoccupées dans la cité universitaire réservée aux garçons, adjacente à celle des filles.

Concernant le restaurant universitaire: celui-ci est ouvert pour le petit-déjeuner, déjeuner et diner et est accessible grâce à des tickets vendus par dizaine pour la modique somme de 10 DZD (environ 10cts d'euro).

Le contre coup est qu'il n'y a pas de choix et pas de variété dans le menu proposé (pas de couverts mis à disposition non plus!). Mais une fois encore c'est le manque d'hygiène qui frappe, les lavabos sont bouchés et les tables non nettoyées (les restes du diner sont toujours là, le lendemain, au petit-déjeuner).

Finalement, je ne peux tenir que deux nuits dans cet univers étudiant, sans internet et sans vie culturelle aucune (les filles ne peuvent plus sortir de la cité une fois la nuit tombée).

Quelques jours plus tard, une étudiante me contacte pour me dire qu'elles ont entamé une grève et manifestent chaque jour devant le restaurant universitaire afin de réclamer davantage de moyen et un traitement plus égalitaire vis à vis des étudiants.

Car à travers cette expérience c'est surtout l'inégalité entre le statut d'étudiant et d'étudiante qui est le plus flagrant. Les conditions de vie des filles sont telles que certaines finissent par arrêter les études ou voient leur résultat chuter.

Sans compter que les perspectives d'embauche sont rares. Selon la Banque Mondiale, 75% des jeunes diplômés algériens de moins de 30 ans sont au chômage.

Dans ces conditions, trouver la motivation de terminer ses études devient difficile pour des femmes algériennes qui deviennent, quand même, de plus en plus visible dans la sphère publique.

Un amphithéâtre où les agents d'entretien ne passent plus

Un amphithéâtre où les agents d'entretien ne passent plus

Matelas à l'abandon dans une pièce du dortoir

Matelas à l'abandon dans une pièce du dortoir

Sanitaires inondés dans les résidences des filles

Sanitaires inondés dans les résidences des filles

Lavabos bouchés au restaurant universitaire

Lavabos bouchés au restaurant universitaire

Un plateau repas type (couverts non fournis)

Un plateau repas type (couverts non fournis)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

universites algerienne 02/05/2016 19:00

ca reste beaucoup a faire

mhamed 19/01/2013 23:44

mais c'est tres propre par rapport a ce que j'ai déjà connu. Il faut dire que les choses s'améliore lol. en plus les femmes leurs place c'est à la maison et non pas dans une chambre de 10m“

Napster 19/01/2013 13:19

je m'adresse a la blogueuse
khti je ne sais pas si t'as étudié pendant tout ton cursus en algérie ou non,
si NON: il faut savoir qu'ici tout est gratuit alors on s'éstime heureux d'avoir bénificié de tout ces avantages que les pays de notre niveau n'en réve pas ni méme les pays européens ni la france pour qui vous léchez le cul, l'hébérgement gratuit, la bouf gratuite.
C'est vrai beaucoup de directeur de cité univérsitaire sont corrompus mais c'est pas une raison pour publier toute notre merde sur le web, avec cet acte tu ne va pas régler la situation de ces filles car elles méme elles s'enfichent carrément de cette situation, donc ne vient pas nous la jouer jean d'arc la journaliste qui défend les droits des filles, si tu veux régler ces problémes vient les défendre ici au pays pas a distance a travers le web dans un pays qui ne connait rien de ce qui se passe ici.
comme je l'ai entendu sur france 24 il parrait que t'as étudié ici ensuite tu es allé continuer las bas, avec cet acte là tu fait partie de ceux qui comme on dit chez nous "YAKLOU FEL GHALLA W SABBOU FEL MELLA"
C'est grace au gens comme vous que la france est résté 130 ans en algérie
TAHYA EL DJAZAYER

Sylvain 19/01/2013 00:34

Bonjour, je viens de découvrir votre blogue et suis stupéfait par les photos montrant l'état déplorable de l'une des universités de votre pays, qui pourtant est souvent présenté comme un Etat riche. J'aurais quelques questions à vous poser. Avez-vous critiqué cet état de vétusté durant votre séjour en Algérie? Avez-vous montré ces images et tenu le même discours que le commentaire de votre article devant les autorités compétentes (directeur de l'université, rectorat ou mairie..)? Si oui, que vous ont-elles répondu? Ou bien, avez-vous pris vos photos en catimini et gardé lâchement vos critiques pour les déverser à la télévision française sur le dos des algériens? Etant vous même algérienne, comment contribuez-vous au développement social, économique, politique et culturel de votre pays? Pensez-vous qu'en montrant ces images sur les télévisions françaises, l'Etat français allait aider l'Algérie ou bien que des français allaient s'émouvoir en proposant leur aide? Je vous avoue que je ne comprends pas l'intérêt de montrer ces images, si ce n'est pour dévaloriser votre pays, je souhaiterais que vous m’éclaircissez sur ce point. En tant que français (et de souche) je suis le premier à critiquer mon pays mais jamais il me viendrais l'idée de le critiquer devant des étrangers.
N'avez vous pas un minimum de fierté pour montrer la crasse de votre pays sur France 24? Vous savez, nous français nous avons une expression qui je pense ne doit pas exister chez vous et qui est "On lave le linge sale en famille", cela signifie que nous réglons nos problèmes qu'entre nous.
Merci de bien vouloir me répondre, en évitant les discours pitoyables disant que vous êtes française car d'une part une vraie française n'irait pas en Algérie dans une ville pommée au nom imprononçable, et d'autre part avoir la nationalité française ne fait pas de vous une vraie française et ne le ferait d'ailleurs jamais. Peut être, êtes-vous issue d'une famille de Harkis, vous savez les collaborateurs qui comme vous critiquaient l'Algérie indépendante, les combattants algériens et léchaient les bottes des soldats français.
Heureusement que vous n'êtes pas une française vivant à l'époque de l'occupation allemande car vous seriez surement une collaboratrice sans scrupule qui aurait prôné la grandeur de l'Allemagne, qui aurait critiqué la pauvre France et aurait vendu votre propre famille.

Sarah 17/05/2013 00:02

J'y crois pas une seconde. Je vis en France et je connais les français. Jamais un Français ne dirait de telles choses. À vrai dire il prendrait même un malin plaisir à se déchaîner sur l'Algérie indépendante. Vous êtes un Algérien à 400%, Mr... "Sylvain". Après, je suis d'accord avec vos propos, cela mis à part.

mohammed 19/01/2013 13:51

vous n'étes pas un ancien israelites de constantine pas hazard????? :D

Simplement droit 13/01/2013 18:57

Voici un "copié/collé" d'un commentaire laissé sur le site de France où notre belle, gentille et intelligente journaliste d’investigation à publié sa médisance mensongère:

"J'avoue être assez bouche bée à la lecture de cet article. Tellement que c'est la première fois que j'écris un commentaire. Je viens du Québec. J'ai eu le privilège d'étudier dans des bonnes conditions. J'ai également eu le privilège de m'endetter de 40000$ pour 5 ans d'université avec un diplôme qui, je l'espère, me donnera du travail rapidement. Mais même si je payais pour aller à l'université, pour manger, pour me loger, j'ai toujours ramassé mes plateaux. Je me suis toujours assurée de mettre mes déchets à la poubelle. Afin de réduire les dépenses, j'ai toujours logé en colocation. Je me rappelle très bien des tableaux de ménage. 10 personnes pour partager 2 salles de bain et une cuisine. Il fallait s'organiser. Le ménage était fait à chaque semaine. J'ai été bénévole dans une Maison des jeunes (12 à 17 ans). Nous refusions d'embaucher une femme de ménage pour responsabiliser les jeunes à faire eux-mêmes le nettoyage des lieux afin de les "préparer, entre autres, à vivre en appartement plus tard". Je considère cela comme du respect. Je ne suis pas mieux que personne.

Des conditions telles que vous les décrivez sont inacceptables pour tout être humain qui existe. Toutefois, je crois que les étudiant(e)s ont une part de responsabilité. Elle est minime mais ils peuvent faire une différence. Nettoyer l'étage, nettoyer une table, ramasser son tableau, faire des tournées hebdomadaires pour ramasser les poubelles... C'est ce qu'on appelle du civisme. Si les étudiants font leur part, peut-être que cela débloquerait au niveau des instances universitaires. Bonne continuation."

Simplement droit 13/01/2013 18:59

Erratum: Sur la première ligne c'est France 24 et pas "France" tout court et le "à" c'est sans accent. Méa culpa